Le plateau du Vercors se cache derrière le tunnel de Rousset. Dès la sortie de celui-ci, il apparaît dans toute sa beauté brute et douce à la fois. Pourtant, nous n’emprunterons pas cette vallée perchée. Notre route prend la direction de Vassieux. Ici, l’aridité des terres fait écho à l’histoire terrible. On ne sait trop si les feuilles rougies des arbres sont le fait de l’automne ou bien si elles sont là pour nous rappeler quelques douloureux souvenirs.Persuadés d’être invulnérables sur leur gigantesque forteresse, des hommes se sont levés ici contre la barbarie et ont consentis le sacrifice ultime pour leur cause. Telle une vigie, un mémorial leur est consacré au dessus du village.

De là, le regard embrasse une grande partie du plateau jusqu’à sa barrière orientale crénelée de quelques beaux sommets. Nous entrons alors dans ce qui rajoute encore un peu plus de mystère à cette région: d’épaisses forêts tapissent les montagnes et nous tiendront compagnies durant un long moment. En cette saison, les routes prennent une jolie couleur marron, couvertes de leur tapis de feuilles. Heureusement, le temps sec et le vent, s’avérant un bon allié les fait danser sous les roues . Lorsque notre route nous conduit vers le bord du plateau, ce sont des à-pics vertigineux qui s’ouvrent devant nous. C’est ici que la croûte terrestre s’est soulevée dans un élan désespéré vers le ciel. Ce mouvement brutal nous a laissé des falaises gigantesques, des ravins insondables. Des paysages fabuleux.

La descente se fera par une petite route dans un de ces piémonts qui n’ont pas la majesté des altitudes voisines mais qui regorgent de petits trésors. Quelques petits villages parsèment ces pentes, prétextes à des haltes reposantes.

Pour terminer en beauté cette superbe journée, guidée par une espiègle envie d’en rajouter un peu, notre moto nous a conduit vers le minuscule et secret Pas de Lauzun, coup de sabre dans les collines drômoises qui nous mène vers le charmant village de Saou. La traversée de la plaine de la Valdaine sera l’occasion de retrouver de la circulation. Ce qui ne nous avait assurément pas manqué!

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon