Il existe un magnifique endroit bien caché aux confins de la Drôme Provençale. Un de ces lieux où l’on voudrait rester plus longtemps, où lorsqu’on repart, on se promet de revenir un jour.

Par ces belles après-midis d’automne, le soleil et la douceur nous invitent à emprunter notre compagne de route préférée. Ce serait un crime de ne pas en profiter pour s’évader et se laver le cerveau à grandes rasades de courbes bien négociées, à grandes bouchées de petites routes désertes!!!

Et donc nous voilà partis, ma passagère et moi en quête de ces quelques minutes passées dans ce défilé perdu. Mais dans un premier temps, il nous a fallu traverser la campagne drômoise. Ses douces collines ornées de champ de lavande malheureusement plus en fleur ont laissé la place à des pâturages comme l’on s’approchait du but. L’altitude s’élevait gentiment jusqu’à ce que nous basculions vers notre but. Les petits hameaux endormis n’étaient pas troublé par notre passage. Sous nos roues, quelques feuilles mortes dansaient un joyeuse sarabande en nous ouvrant la route.

Je me rappelais être passé par ce défilé il y a de cela quelques années et ce fut un grand plaisir de franchir à nouveau sa porte après tant d’années. Un peu comme les retrouvailles avec un vieil ami perdu de vue.

Et je dois avouer que nous avons été bien accueilli. Tel un coup d’épée dans la montagne, il nous semblait que la terre nous entrouvrait un passage vers ses profondeurs. Le soleil déjà bas éclairait une face et reflétait ses couleurs sur la deuxième comme pour la réchauffer encore un peu. En maîtresse des lieux silencieuse, l’eau du torrent s’écoulait gentiment en dessinant des courbes élégantes que quelques hommes obstinés avaient imitées en taillant dans la roche un chemin.

Je pense souvent au hasard de mes pérégrinations, à tous ceux qui ont tracé ces routes. D’abord à ces paysans qui empruntaient ces itinéraires parfois escarpés accompagnés de leur mule chargée des quelques biens qu’ils allaient sans doute vendre au marché de la ville proche d’ici. Cette petite économie rurale nous a laissé les routes les plus belles dont nous nous délectons aujourd’hui pour notre plus grand plaisir.

Ensuite, pour rendre carrossable ce défilé, combien de coups de pioches, de tonnes de pierres!!!

Alors apprécions ce don comme il doit l’être. Profitons de sa fraîcheur. Goûtons ses couleurs. Et comme il ne fait que quelques hectomètres de long, pourquoi ne pas le reprendre en sens inverse, puis remonter encore une fois?! Mais c’est juste pour faire encore une photo!!…

Une fois dans la région, il faudra absolument emprunter les magnifiques routes qui passent par Bourdeaux et Dieulefit: toujours impeccables et assez peu fréquentées en cette saison, elles fournissent un bel alibi à l’usure des flancs des pneus.

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon