Après maintes péripéties dues aux conditions météo de ce printemps, nous voici partis pour notre première grande sortie : un périple de 4 jours dans la région des gorges du Tarn.

Réduire une balade à la seule montée (où descente…) de la route des gorges serait non seulement réducteur, mais en plus un beau gâchis !

Nous avons donc opté pour une découverte en pointillés de cette superbe route tracée au fond de gorges majestueuses. Plusieurs petites routes, et parfois même très petites permettent en effet de sinuer au plus près de la falaise pour accéder aux plateaux environnants : les Causses.

Et franchement, il serait vraiment dommage de s’en priver !!! D’autant plus en cette saison où la nature s’ingénie à trouver tous les artifices pour nous faire ralentir, voire stopper, afin d’en profiter un peu plus longtemps. Des coteaux recouverts de bruyère en fleur, des pâturages que l’on dirait sortis de la toile de quelque peintre pointilliste, avec une palette d’une infinie variété. Même l’homme y trace d’interminables lignes qui parfois ondulent au rythme de la route.

Cerise sur le gâteau : tout ceci s’accompagne d’une multitude de parfums : celui du genêt entêtant, un peu plus acide des foins fraichement coupés, sucré  et enivrant de la luzerne, et bien d’autres qui nous ont accompagnés tout le long de ces merveilleuses routes.

En alternant ainsi les montées et les descentes, on a tout loisir de profiter à plein de la variété des paysages : les plateaux arides semblent infinis, puis soudain, on plonge vers des abîmes parfois vertigineux et on se retrouve enserrés par des parois de plusieurs centaines de mètres. La course vers les sommets recommence alors de plus belle.

Pour ressentir le vertige, quoi de mieux que  de saluer le majestueux Viaduc de Millau qui lance ses gigantesques piles à l’assaut des nuages. Mais pour tutoyer les sommets, il faudra escalader le Mont Aigoual : montagne de tous les excès. Frileux s’abstenir !

Non loin de là, les Cévennes vous tendent les bras, ou plutôt vous entrouvrent leurs vallées profondes et secrètes. Les pins répondent aux chênes verts et dévoilent de charmants petits villages de pierre rousse cachés sur un versant de vallon. Ici aussi, l’homme tente de tracer de gigantesques marches sur les montagnes, façonnant des paysages uniques. La Méditerranée, pourtant pas proche, fait ressentir ses influences : le soleil tape fort dans les fonds, et les cigales s’aventurent à nous accompagner un bout de chemin.

Le réseau routier, tout à fait correct donne en plus l’occasion de dessiner de belles trajectoires sur quelques portions.

Dans cette région, les paysages et les routes se marient comme c’est rarement le cas pour garantir un séjour inoubliable !

Pour un aperçu en vidéo c’est sur la chaîne youtube!

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon