Il était une fois une bande de garnements qui parcouraient le monde à la recherche de lieux propices à la pratique de leur passion bruyante et dangereuse.

Toutes les deux semaines, ils se retrouvaient dans des lieux connus des seuls membres de leurs tribus bariolées. Quatre jours durant, ils tournaient en rond sur des pistes qui leur étaient réservées chevauchant des engins aussi violents que véloces dans l’objectif d’être le premier à passer devant un énergumène agitant un drapeau à damier.

Nous allons vous conter leurs aventures tout au long de la saison.

Ce week-end, la joyeuse troupe se retrouvait aux pays des cow-boys et des présidents peroxydés.

Au royaume du rodéo, les ruades provoquées par les plis du sol agitaient les cerveaux et envoyaient bon nombre d’entre eux au tapis. Un seul réussit l’exploit de redresser son destrier couché au grand plaisir de tous.

Chez les tout petits, c’est un redoublant au caractère bien trempé qui a raflé la mise après avoir désarçonné son adversaire direct. Il était resté discret depuis le début mais a su profiter de la fougue mal canalisée d’un jeune aux dents longues. Derrière lui, une troupe d’excités s’est empoignée durant un bon moment. Le spectacle fut, comme d’habitude au rendez-vous.

Chez les moyens, c’est le chef de la bande qui a pris les devants et qui a fait taire toute volonté d’accéder au trône qui lui semble promis.

Chez les grands, la bataille fut belle entre l’ibère pistolero roi des Amériques et le multiple redoublant italien, chef de bande depuis de nombreuses années.

Un jeune perdreau de l’année a bien tenté de s’immiscer dans les règlements de compte des cadors du corral, mais il lui manque encore un peu de maturité pour prétendre à une belle place parmi l’élite. Et même s’il est tout de noir vêtu, il n’a pas la carrure de Jesse James. Ça ne saurait tarder, cependant.

Quant à celui qui avait maté tout le monde depuis le début de la saison, il s’est fait désarçonner par son destrier dans une gerbe d’étincelles digne des plus beaux duels dans une rue poussiéreuse.

 

Il ressort de cette aventure dans le nouveau monde que les anciens peuvent encore dégainer plus vite que les jeunes loups arrogants qui tentent de détrôner les légendes.

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon