C’est assez plaisant ce retour aux anciennes machines, ce que le moderne langage appelle le « néo rétro ».

On peut y déceler de nombreuses aspirations de la part des motards qui effectuent ce retour aux sources.

Sans vouloir être exhaustif, on peut d’abord constater qu’il est souvent le fait de gens qui ont une expérience motarde avancée (pour ne pas parler d’âge…).

Est-ce dû au syndrome du « c’était mieux avant » qui est, lui, bien dans l’air du temps?

On le retrouve dans la plupart des secteurs commerciaux. Pourquoi la moto y échapperait-elle?

neo-retro-avion

Prompts à vous faire prendre le moindre papier toilette pour une luxueuse étoffe de soie, les as du marketing ne pouvaient passer à coté du motard. En effet, l’image de celui-ci évolue depuis quelques années et passe du vilain voyou qui fait du bruit et sent l’huile, à celle du quadra bien établi dans sa vie, au train de vie confortable et au pouvoir d’achat qui va avec.

Et ça, ça fait vendre!

On nous invente donc des concepts tous plus élaborés dans le but de nous vendre de nouveaux produits.

Il faut bien admettre que certaines machines sont vraiment bien réussies et puisent leur inspiration dans des modèles historiques. Elles acquièrent ainsi une certaine « légitimité » par leur filiation.

neo-retro-triumph

On peut aussi le voir comme la volonté de pratiquer notre passion de façon plus apaisée.

Dans cette époque où les contrôles de vitesse revêtent des visages toujours plus furtifs et pas forcément justifiés, il peut paraître judicieux de rouler sur une machine moins incitative à l’infraction. La moto n’est pas seulement un formidable outil à prendre des virages avec toujours plus d’angle ou de vitesse. Elle est aussi particulièrement bien adaptée à la découverte d’une région, d’un paysage.

Rouler sans avoir besoin de garder un œil sur le compteur de vitesse est quand même assez confortable!

Tout le monde sait que le motard a également des motivations esthétiques. Quel que soit le type de machine qu’il chevauche.

cb-1100

Or, on n’est pas forcément tous adeptes des lignes hyper futuristes ou « manga » qui ornent les vitrines des concessionnaires. Ce retour à la simplicité nous permet donc parfois de rouler « différent ». Et en ces temps d’uniformité grandissante, c’est aussi le moyen de conserver le côté rebelle du motard.

Pour conclure, il faut admettre que quelles qu’en soient les motivations, ce retour aux sources est en tout cas bien rafraîchissant!

 

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon