Voici venir le temps des premiers frimas, des journées courtes, des petits matins brumeux, du vent glacial. C’est l’occasion de se remémorer les errances motardes de cet été. Personnellement, la première à revenir fut mon week-end à l’Alpes Aventures Festival. (Voir la video)

Il était hors de question de rater ce rendez-vous des rouleurs appelé sans nul doute à devenir le grand pélerinage annuel de tous ceux qui aiment la route, les pistes et qui ne les conçoivent que sur deux roues.

Comme je n’avais pas pu en profiter pleinement l’an dernier, j’avais décidé de passer 2 jours sur place cette année.

C’est ainsi que je me suis retrouvé parmi les premiers heureux motards à essayer la nouvelle Yamaha Niken.

En plus de l’occasion d’essayer différentes machines, de faire de belles rencontres, c’était le prétexte à un joli roadtrip dans les Alpes du Sud.

Ainsi, ayant un logement à disposition à Briançon, je n’avais pas d’autre choix après une belle première journée que d’emprunter le col de Vars puis l’Izoard pour rentrer ! J’avoue que je n’en fus pas trop malheureux…

Mon plus gros souci était de partir à l’heure idéale pour profiter des lumières douces du couchant tout le long du trajet.

Ainsi, me voila parti dans le jour finissant. Non pas tel le héros à la fin du western mais plutôt à la façon du pilote heureux à l’avance du moment qu’il s’apprête à vivre.

Et je n’ai pas été déçu !

Deux cols mythiques des Alpes pour moi tout seul sous l’éclairage indirect que dame nature nous prodigue tous les soirs !!! Comme j’alignais les kilomètres sur ces sublimes routes, mon sourire allait s’élargissant sous le casque.

Quel contraste entre le col de Vars qui étale ses pâturages à longueur de lacets et le sauvage et minéral Izoard. Tandis que le premier invite à la contemplation des sommets encore dans le soleil, le second se mérite après une montée sèche et fabuleuse. Alors, la célèbre colonne vous accueille dans les derniers rayons qui tentent de donner un peu de vie aux roches, aux falaises qui vous entourent. Plaisir encore augmenté par la vue des premières courbes de la descente.

Mais voila bientôt la magnifique cité Vauban qui m’accueillera pour la nuit.

Afin de varier les plaisirs, mon choix s’est porté le lendemain sur un trajet par Savines pour rejoindre la vallée de l’Ubaye. Encore une excellente idée !

La descente après le village du Sauze du Lac surplombant la retenue de Serre Ponçon est tout simplement magique dans le petit matin ! Les tons de verts répondent aux bruns naissants et plongent dans le bleu profond du lac. Ça et la, quelques nappes de nuages s’accrochent aux sommets comme si ils ne voulaient pas quitter les lieux, ne parvenant cependant pas à masquer l’azur.

Un des plus grands moments de moto que j’ai pu vivre !

Il n’est pas forcément utile de parcourir le monde entier pour s’ébahir de ce que la nature peut nous offrir de plus beau ; on l’a parfois à quelques kilomètres. Bien sûr, c’est autant une question de lieu que de moment. Lorsque j’ai repris cette route au retour, elle était toujours aussi belle mais avait perdu cette petite étincelle de magie qu’elle avait quelques heures auparavant.

C’est en tout cas une balade que je ne suis pas prêt d’oublier.

Ne manquez pas la vidéo de ce roadtrip sur youtube

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon